ARMIS. Donner au local le meilleur du global.

ARMIS. Donner au local le meilleur du global.

Depuis 2015, ARMIS permet aux enseignes de réduire leurs coûts de campagnes promotionnelles et d’augmenter leur chiffre d’affaires en apportant du trafic additionnel en magasin grâce à une communication locale plus efficace et optimisée par magasin. ARMIS compte parmi ses clients Intermarché, Monoprix, Cora, Norauto, Bricomarché, Bricorama, Stokomani… Rencontre avec Dan Gomplewicz, co-fondateur et co-CEO d’ARMIS.

Dan Gomplewicz, co-fondateur et co-CEO d’ARMIS

 

ICC : Pouvez-vous nous présenter ARMIS ?

Dan Gomplewicz : ARMIS est la plateforme SaaS d’activation locale des opérations commerciales, centrée autour du magasin notamment via la digitalisation du catalogue papier et le relai des opérations commerciales grâce à l’IA et au machine learning. Nous accompagnons les directions marketing nationales des enseignes dans l’adaptation des communications de chaque magasin au niveau local. Les retailers doivent aujourd’hui adapter localement leurs offres, leurs services, etc. Ils sont encore très dépendants au papier, surtout dans l’alimentaire (60 et 70 % du budget marketing). Parallèlement, la dépendance au digital ainsi que la conscience écologique grandissante des consommateurs poussent les retailers à reconsidérer le prospectus papier.

ICC : Pendant le confinement, la distribution de prospectus papier s’est arrêtée…

D.G. : En effet, par la force des choses les retailers ont dû faire sans. Pour autant, le besoin de communiquer n’a pas été réduit, le commerce a continué et les promotions aussi. Nous avons mené une étude auprès d’un panel représentatif à la réouverture en mai avec l’institut Harris Interactive, et on constate que 40 % des français ne veulent plus recevoir de catalogue papier et que 53 % (+6 pts vs fév. 2020) souhaitent avoir les informations via le digital.

ICC : L’aspect écologique est-il le facteur clé ?

D.G. : Il est très important chez les consommateurs, mais chez les distributeurs, ce n’est pas le premier facteur. C’est un levier puissant et pour stopper un levier, il en faut un autre plus efficace. La potentielle loi sur l’imposition d’une taxe papier dans le cadre de la convention citoyenne pour le climat cet été a rendu la dépendance au prospectus encore plus risquée et pose donc davantage de questions. Il faut aussi considérer les cibles spécifiques comme les seniors, habitués à ce canal de communication. Chez ARMIS, nous ne recommandons pas la suppression du prospectus papier, nous aidons les retailers à optimiser le mix de communication entre le papier et le digital.

ICC : D’après vous, quels sont les enjeux des retailers face à la crise sanitaire ?

D.G. : Chez ARMIS, nous distinguons 4 grands enjeux qui sont en train de se définir suite à la crise sanitaire.

Le prix : on aurait pu croire que les clients allaient mettre en avant les éléments sociétaux (respect des règles sanitaires, entraide, écologie…), qui sont certes des éléments importants, mais on constate que le premier vecteur est l’attente de la promotion, du prix bas, etc. C’est l’explosion du hard discount avec B&M, Aldi, Action, Lidl, Stokomani…

Le digital : la transformation digitale est d’autant plus au cœur des préoccupations des retailers. Pendant le confinement, on note une tendance d’internalisation des compétences, notamment dans le marketing, remontée par Gartner (32% de l’activité agence des CMO est passée en mode inhousing pendant ces 12 derniers mois d’après Gartner).

Le local : la personnalisation du magasin et de l’assortiment est d’actualité. Les consommateurs attendent des produits, des offres et services locaux. Le traitement spécifique du magasin devient de plus en plus important.

Le sociétal : une composante à valeur grandissante chez les clients. Ils attendent plus de services, comme la livraison, l’installation à domicile, etc.

ICC : Comment ARMIS accompagne les retailers face à ces enjeux ?

D.G. : Nous outillons les retailers via notre logiciel, avec lequel ils peuvent paramétrer leurs campagnes d’opérations commerciales en sélectionnant leur budget, les magasins, les produits, la date de diffusion, etc. Ensuite, nous activons les opérations sur diverses plateformes comme Google, Facebook, bannières publicitaires pour une personnalisation magasin par magasin. Nous permettons aux enseignes d’avoir une ventilation budgétaire locale, en temps réel. 

ICC : Comment imaginez-vous l’avenir ?

D.G. : Dans cette période faite d’incertitudes, l’engagement collectif est essentiel, aussi bien chez nos clients retailers que chez nous. En aucun cas le commerce ne s’arrête pour nous, au contraire, il s’accélère par rapport aux usages. Entre 80 % et 90 % du commerce sera encore fait en magasin. Internet ne suffit pas, il faut adapter le magasin avec précautions et informer le client. 

ICC : Quels sont les projets d’ARMIS ?

D.G. : A l’heure actuelle, nous sommes une équipe de 60 personnes et nous nous dirigeons d’ici la fin de l’année vers 70 – 80 collaborateurs. Nous avons atteint notre première maturité, pour jumeler Facebook, Google, etc., et nous voulons aller plus loin. Nous investissons dans la technologie pour pousser l’optimisation locale et donner au magasin les outils dont il a besoin. Nous commençons aussi notre expansion internationale, notamment en Europe du Sud où nous sommes déjà présents (Italie, Portugal, Espagne).

Armis est partenaire de l’événement Retail Project 2020



id commodo at quis non consectetur eleifend ut facilisis libero.