LA START-UP DU MOIS : DATABERRIES/TEEMO

LA START-UP DU MOIS : DATABERRIES/TEEMO

[EDIT] : le 10/07/2017, Databerries devient Teemo. 

Fondée en 2014, Databerries propose une solution destinée aux enseignes du retail. Elle permet de cibler les mobinautes selon les lieux fréquentés dans le passé, grâce à la géolocalisation. L’enseigne peut alors leur diffuser de la publicité suite à une visite en magasin ou chez un concurrent. Entretien avec Benoit Grouchko, co-fondateur associé et CEO de Databerries.

ICC : Bonjour Benoit. Pour commencer, pouvez-vous nous présenter votre société ?

B.G. : Bonjour, notre métier est assez simple : nous faisons venir des consommateurs en magasin, grâce à une technologie de marketing développée par Databerries, qui s’appuie sur les dernières innovations en termes de mobilité et de machine learning.

Je suis l’un des associés de Databerries et CEO. J’ai travaillé quelques années chez Criteo, avant de me jeter à l’eau avec Guillaume Charhon et François Wyss. Guillaume est un ami d’enfance, un serial entrepreneur et ancien CTO dans les technologies mobiles. Je connais François depuis le lycée, il a d’abord été conseiller en support stratégie chez ATK avant de rejoindre Google.

On a lancé Databerries fin 2014. Après avoir passé une année à affiner le positionnement du produit, nous avons développé une première version de la plateforme. Le produit a été lancé en décembre 2015, conjointement à notre première levée de fonds. Il a rencontré un bel écho et un très bon retour de la part du marché, et dès 2016 nous avons signé de nombreux clients.

Après avoir passé en revue les différentes options stratégiques qui se présentaient en termes de développement, on s’est rendu compte qu’il y avait une opportunité de construire un leader mondial et on s’est lancé dans une nouvelle levée de fonds, finalisée en mars 2017, (ndlr 15 millions d’euros) pour accélérer notre développement. Ainsi, nous avons pu lancer notre activité aux Etats-Unis et ouvrir un bureau à Londres. On met aussi les bouchées doubles en France, en commerce et en développement !

ICC : Quelle est la taille de vos effectifs ?

B.G. : Une quarantaine de personnes, la moitié en R&D, puis des commerciaux et équipes support. François, mon associé, est parti s’installer à New York. Il s’occupe beaucoup du produit et aide les équipes sur place à monter en compétences.

ICC : Vous pouvez nous parler de vos clients ?

B.G. : Nos clients sont des retailers. Aujourd’hui dans le marketing digital, il y a des produits très innovants et performants pour être capable de cibler les bonnes personnes, de mesurer l’impact et de personnaliser l’expérience utilisateur. Que ce soit Google, Criteo, Facebook, etc, c’est comme cela que ça fonctionne. Pourtant, il y a encore environ 90% de la consommation qui se fait offline ; et, pour toutes ces enseignes physiques, le marketing et le trafic restent un énorme enjeu. Le nerf de la guerre pour elles est de faire venir les clients en magasin, et ensuite de les faire convertir. Si on regarde plus précisément, on remarque que les stratégies marketing n’ont pas tellement changé par rapport au siècle passé : pour nombre d’entre elles, le marketing offline reste prédominant malgré des changements majeurs dans les usages consommateur (prospectus papier, affichage, etc).

Nous nous sommes rendus compte qu’avec le mobile, il y avait une opportunité de construire un produit au service des enseignes physiques tout en s’appuyant sur les standards du digital. C’est vraiment ça la valeur que l’on apporte à nos clients avec notre technologie. Nos clients, ce sont toutes les enseignes qui ont des enjeux de génération de trafic. Peu se plaignent d’avoir trop de visites en magasin ! On travaille avec de nombreux acteurs dans la distribution alimentaire, le bricolage, le sport, l’électronique, mais aussi la distribution automobile, la mode…

ICC : Vous avez un exemple précis à nous donner ?

B.G. : Intersport est l’un des clients avec qui nous travaillons beaucoup. On les aide à répondre à des enjeux très stratégiques : comment gagner des parts de marché, comment réussir à bien toucher les bonnes personnes pour avoir un retour sur investissement le plus élevé possible et avec un maximum d’impact.

ICC : Vous nous parliez tout à l’heure des problématiques rencontrées par le secteur du retail, pouvez-vous nous les détailler ?

B.G. : Quand on prend un peu de recul, le retail est un marché très intéressant parce qu’il est ancré dans le offline. Aujourd’hui, il est en pleine mutation, ce qui a des impacts à plusieurs niveaux : en interne au niveau des équipes, mais aussi au niveau de l’expérience client et du marketing. Il y a la stratégie d’omnicanalité, la réinvention et la redéfinition du marketing. Et de nombreuses nouvelles technologies apparaissent ou vont apparaître pour aider les chaînes de magasins à avoir un service toujours plus pertinent pour leurs clients. […]

La grande question que se posent les retailers : comment exploiter son réseau de magasins pour en faire un avantage stratégique et trouver un positionnement gagnant et pérenne ? […]

ICC : Pour terminer, pourriez-vous nous parler de votre culture d’entreprise ?

B.G. : Chez Databerries, nous avons une culture d’entreprise très forte. C’est important pour nous et je pense qu’elle définit la façon dont les gens s’identifient et se positionnent par rapport à leur travail. Concrètement, on a défini nos quatre valeurs autour de ce que l’on pense être :

  • L’esprit d’équipe
  • La rigueur
  • L’humilité
  • Et le focus

Ce sont avec ces 4 valeurs que les gens interagissent en interne et avec nos partenaires, clients et journalistes.

ICC : Quels sont vos prochains projets et étapes ?

B.G. : Les ouvertures à New York et à Londres, et concernant le produit, continuer à investir pour répondre toujours mieux aux enjeux de nos clients. Avoir une plateforme toujours plus pertinente et performante.

 

Databerries est une start-up en pleine croissance avec des besoins importants en termes de recrutement. N’hésitez pas à consulter le site web de Databerries pour plus d’informations sur le recrutement ou sur la société en général !



pulvinar porta. ultricies Phasellus consectetur sed quis Donec Sed id justo