Décembre 2019 : L’ICC vous parle de la start-up du mois, LabSense

Décembre 2019 : L’ICC vous parle de la start-up du mois, LabSense

LabSense est une start-up qui rend l’intelligence artificielle accessible et la met au service des stratégies de contenus pour améliorer les performances SEO, éditoriales et marketing des retailers et de la presse.

ICC : Pouvez-vous nous présenter LabSense ?

Guillaume Desombre : LabSense a développé une plateforme de traitement automatisé du langage. Concrètement, nous avons codé les langues dans le but de faciliter la génération automatisée de contenus. LabSense, c’est 8 ans d’existence, autant d’années de R&D et de travail avec un certain nombre de plateformes et marques retail. Au-delà de la génération de contenu, nous avons travaillé sur des problématiques de classification pour Cdiscount, Rakuten, la Fnac, etc. Aujourd’hui nous travaillons dans plus de 12 langues. Dans l’univers retail, nous traitons la rédaction des fiches produit, des textes SEO, des textes catégories. Nous travaillons aussi pour des médias sur tous les formats intensifs en data, répétitifs et à optimiser pour le SEO (bulletin météo, articles avant & après match en sport, résultats électoraux…). Nous automatisons également la pré-production de posts pour les réseaux sociaux, d’articles « content to commerce » pour nourrir les différents canaux de communications des marques et des retailers.

ICC : Comment LabSense répond aux enjeux actuels des retailers ?

Guillaume Desombre : Nous pensons qu’avec internet, toutes les marques sont devenus des médias et elles doivent donc nourrir leurs sites avec des descriptifs produits, des contenus de type blog pour animer, enrichir et nourrir leurs relations avec leurs prospects et clients. Ce sont de vrais enjeux business. Beaucoup d’achats commencent sur Internet : 80 % des parcours d’achats commencent en ligne, par la visualisation du produit. Si ce produit a un bon descriptif, il a plus de chances d’être vu et vendu avec une meilleure mise au panier et une meilleure transformation. LabSense permet aux retailers un gain de temps ainsi qu’une optimisation des coûts et des ventes. Généralement, les fiches produit ne sont pas rédigées et optimisées sur l’intégralité du catalogue. Les retailers sont sur une logique de 20/80 : très souvent 20 % seulement du catalogue est bien traité car il est très pénible de rédiger des fiches produit et difficile de ne pas se répéter, de ne pas faire de fautes pour un être-humain ou de bien utiliser toute la donnée disponible sur les produits. Avec nos solution, nous permettons de le faire dans de bonnes conditions, en gérant toutes les données : on va pouvoir parler de silence de fonctionnement sur un réfrigérateur, ou de qualité nutritionnelle sur l’alimentaire et on le fera sur des dizaines de milliers de références sans jamais se fatiguer, là où un humain va s’user et faire des fautes ou ne pas traiter tous les datas. Nous travaillons pour des retailers dans tout type de secteurs : dans le luxe (sur des descriptifs de bijoux, montres…), pour des retailers et e-commerçants dans le bricolage comme Mr. Bricolage ou Leroy Merlin et aussi dans l’univers des produits bruns et blancs.

ICC : Comment ça marche ?

Guillaume Desombre : Concrètement, nous avons développé une plateforme au service des stratégies de contenus, avec des développeurs, des data scientists et des linguistes qui travaillent sur ces solutions. À partir de la data extraite du PIM (Product Information Management) ou encore des bases de données GS1 (organisation mondiale de standardisation des codes GTIN/EAN et codes-barres), nous pouvons automatiser la génération de fiches produit, d’articles écrits aux codes de la marque, facilitant la compréhension des utilisateurs. Nous savons générer 10.000 contenus à la minute, soit des millions par jour.  Nous allons même au-delà en optimisant les contenus pour le référencement SEO. Nous entrons, avec certains retailers, sur des logiques d’A/B testing : avec les mêmes informations produit, nous sommes capables de faire différents descriptifs et de voir ceux qui fonctionnent le mieux.

ICC : Pouvez-vous nous en dire plus sur votre business model ?

Guillaume Desombre : Nous fonctionnons sur une logique d’abonnement qui permet d’avoir ces contenus produits et livrés sous forme d’API ou de fichiers classiques et nous arrivons à des contenus qui sont 10 à 100 fois moins chers que ce qui serait produit par des ressources traditionnelles.

ICC : Vous travaillez dans plus de 12 langues… 

Guillaume Desombre : On génère des contenus nativement dans chacune des langues sans passer par la traduction car elle ne fonctionne pas. Nous avons en effet échangé avec plusieurs retailers et avons constaté que les équipes locales n’étaient pas satisfaites par la traduction littérale des contenus depuis le français. Nous, au contraire, nous allons à partir des données, générer nativement dans une autre langue tout en respectant les spécificités idiomatiques. Nous travaillons en français, anglais, allemand, italien, espagnol, néerlandais, suédois mais aussi en chinois, japonais et russe…

ICC : Comment adapter le contenu en termes de spécificités linguistiques ou culturelles ?

Guillaume Desombre : Nous travaillons avec des personnes natives de chaque pays. Notre interface permet aux équipes locales de chacun des pays de prioriser certaines informations plutôt que d’autres. Sur des produits, certains éléments comme des caractéristiques techniques vont plus intéresser des clients espagnols que des clients français… Nos clients vont pouvoir sélectionner des informations sur des contraintes juridiques, des préférences produits et générer leurs contenus en les adaptant aux particularités locales. Nous réfléchissons actuellement à une interface permettant aux vendeurs en magasins, qui sont souvent des experts, de faire remonter un certain nombre d’information et générer des fiches produit. On gérerait toute la partie linguistique, l’orthographe, les codes de la marque mais on pourrait remonter des informations sur les forces de certains produits. Nous échangeons avec des enseignes sur ce sujet et avons déjà des démos opérationnelles. Enfin, sur les fiches produit, nos systèmes permettent d’ajouter des mises à jour en fonction de la saisonnalité, du temps, de la localité, etc. Par exemple dans l’univers du sport, on va pouvoir parler de l’équipement sportif de la ville, du temps qu’il fera le week-end, si c’est la rentrée, on peut parler du fait que c’est la période d’inscription aux différentes activités sportives. Autant de choses que l’on va pouvoir gérer et qui n’étaient pas possible de faire auparavant car les équipes marketing et rédactionnelles sont déjà bien surchargées.

ICC : Pouvez-vous nous présenter un cas client ?

Guillaume Desombre : Dans le retail, nous avons, par exemple, travaillé avec Mr. Bricolage, l’enseigne avait à la fois des enjeux sur son site et pour certains produits sur des marketplaces. Nous avons pu générer des contenus adaptés à ces différentes plateformes en évitant tout “duplicate” avec son propre site. Nous avons également collaboré avec une marque de luxe qui s’était lancée, puis qui a changé de positionnement marketing et de façon de parler des produits. Là où avant ils auraient été en difficulté pour mettre à jour toutes leurs fiches produit, nous avons pu le faire en une journée avec des contenus toujours variabilisés et optimisés pour le SEO. A noter, nos clients cherchent et obtiennent généralement des croissances de trafic SEO (croissances constatées entre +20 et +500% de visites)…



efficitur. suscipit ut libero. Praesent vel, mattis ultricies