Octave. Adapter les systèmes d’information retail aux besoins des clients

Octave. Adapter les systèmes d’information retail aux besoins des clients

Depuis plus de 20 ans, Octave accompagne la transformation digitale des magasins, réseaux d’enseigne et pure-players du e-commerce en BtoC et BtoB. Rencontre avec Thomas Boyer, Ingénieur Commercial : Commerce Omnicanal / Unifié. 

ICC : D’après vous quels sont les enjeux des retailers ?

Thomas Boyer : Aujourd’hui, on entend tous parler de disruption, dire que le retail doit se réinventer. Tous les réseaux de magasins se posent des questions sur le retail de demain, l’uberisation de la distribution, l’intelligence artificielle. Ils essayent de deviner le retail dans 10 ans alors que de nombreux sujets d’actualités ne sont pas traités.

 

ICC : Pourquoi ne sont-ils pas traités ?

T.B. : Car la plupart des retailers ont encore des organisations en silos. Il y a encore le digital d’un côté et le magasin de l’autre, alors qu’en tant que client, que je sois sur le web, sur une application ou en point de vente c’est pareil. Le client attend une expérience sans couture sur tous les canaux de vente et cela ne transparait pas dans les systèmes d’informations. Pour faire face aux enjeux du commerce unifié, les entreprises ont ajouté des briques fonctionnelles à leurs SI. La multiplication des interfaces et des fournisseurs complexifie l’opérationnel.

 

ICC : C’est-à-dire ?

T.B. : Le retailer doit connecter de multiples briques fonctionnelles : le site e-commerce, la caisse, la gestion commerciale, le PIM, le CRM, la gestion d’entrepôt, etc. Dans ce modèle avec de nombreux prestataires, dès que l’on veut réaliser des évolutions, comme la mise en place d’un nouveau programme de fidélité par exemple, il faut alors réunir tous ces interlocuteurs, s’accorder sur les plans de mises à jour… C’est chronophage et forcément couteux. Ainsi, Les DSI qui sont attendus pour être les leaders de la transformation digitale se retrouvent noyés dans la complexité des liens et des flux entre toutes les briques.

 

ICC : Comment Octave accompagne les retailers sur ces enjeux ?

T.B. : Octave est éditeur et intégrateur de sa solution omnicanale. Depuis 25 ans, Elle intègre nativement les principales briques fonctionnelles du commerce. Elle permet le partage en temps réel de l’ensemble des données clients et de l’enseigne sur tous les canaux et supports de vente. Nous la concevons et la paramétrons et c’est un véritable point fort. Nous proposons aussi des modèles de transformation progressive et partielle pour des distributeurs qui ne sont pas encore prêts à bouleverser un système d’information complexe qui a nécessité un paramétrage poussé et un investissement financier important.

 

ICC : Dans quels secteurs se trouvent vos clients ?

T.B. : Nous n’avons pas de limite de secteur, excepté celui des services (hôtels, billetteries…). Nous travaillons principalement avec les distributeurs d’outillage, d’équipements de la maison, de prêt-à-porter…

 

ICC : Octave a travaillé avec ProBox…

T.B. : Le groupe Adeo a fait appel à Octave pour le lancement de son concept BtoB innovant. Nous les avons accompagnés sur l’ensemble de leur système d’information : site e-commerce, gestion des stocks, service client (retrait marchandises, informations produits), CRM, moteur marketing et la mobilité vendeur.

 

ICC : Un autre cas client à présenter ? 

T.B. : Nous accompagnons Cultura sur déploiement à l’étranger, notamment l’ouverture de leur réseau de magasins en Belgique. On travaille entre autres sur la mobilité des vendeurs, on leur permet également de créer du contenu facilement sur le site web de l’enseigne (tutoriels, avis, etc.). L’objectif est de créer plus de relationnel entre le vendeur et le client.

 

ICC : Quelles sont les tendances actuelles en termes de digitalisation des pointes de vente ?

T.B. : Je vois une tendance majeure se dessiner autour de la mobilité du vendeur. Aujourd’hui, ce dernier se retrouve un peu démuni pour deux raisons. Premièrement, il a souvent moins de connaissances produit que le client, qui a passé du temps à s’informer avant l’acte d’achat. Ensuite, le vendeur qui se trouve sur un point de vente n’a pas la vision omnicanale de l’offre (en magasin, sur le web, etc.) du consommateur. En équipant le vendeur en magasin, on le replace au cœur du système. Il retrouve son rôle de conseiller, rend le point de vente omnicanal à son tour et permet à l’enseigne de mieux répondre aux besoins des clients…

Octave est partenaire de notre événement Retail Project.

En savoir plus



justo quis venenatis, Lorem mattis Donec leo. amet, non consectetur